dimanche 18 juillet 2010

Petits souvenirs de la maternelle du Rouet dans les années 60


En 1963, j'ai fait ma rentrée à la maternelle du Rouet. A vrai dire je n'ai aucun souvenir de cette première année, à part la sieste qu'on faisait l'après-midi, assis sur notre chaise avec les bras croisés sur la table et la tête posée sur les bras. J'avais déjà le sommeil lourd et mon dieu que c'était dur de se réveiller!

Pour ma deuxième année, chez les moyens, les choses sérieuses ont commencé, d'abord ce n'était plus des grandes tables rondes comme chez les bébés, c'était des bureaux rangés l'un derrière l'autre. Ensuite je me souviens d'avoir appris à compter avec des petits bâtons en plastique multicolores. Il me semble même que j'avais commencé à apprendre à lire. L'institutrice s'appelait Mademoiselle AGOSTINI et elle était archi-super gentille. Elle arrivait d'Ajaccio et c'était son premier poste après l'Ecole Normale à Aix. Je la trouvais très belle et surtout je trouvais qu'elle avait de belles dents et de beaux cheveux! Ma cousine Sylvie, elle, était dans la classe de Mme LAVABRE, au fond de la cour, à droite. Chez les grands elle est allée chez Mme CERDAN, la Directrice, dans la classe du premier étage. Dans la classe de Mme CERDAN, il y avait une "imprimerie" qui faisait des bien des envieux, dont moi, car moi j'étais chez Mme CHRISTOL et je n'avais pas droit à l'imprimerie!

A l'entrée de l'école, il y avait la concierge, Mme STEFANAGGI, qui habitait sur place et qui était trèèèèès gentille. Elle blaguait souvent avec ma mémé. Parfois à la place de Mme STEFANAGGI, il y avait une autre dame que j'appelais "la méchante" et qui me faisait peur. Et c'est juste quand cette méchante était là que ma mère se débrouillait de me faire arriver en retard! Dès que ma mère avait le dos tourné elle m'interpellait par mon nom de famille et m'attrapait méchamment par le bras, ce qui suffisait à me terroriser!

En sortant de l'école, quand ma mémé venait me chercher, on allait faire un saut en face de l'école à la charcuterie de tante Jeannette, alors là, que ça sentait bon la charcutaille et les olives cassées! A la droite du magasin, il y avait le coiffeur avec sa boîte de bonbons, et à la gauche du magasin je crois qu'il y avait une boucherie.

C'est tout pour le moment!

Si vous passez par là Diane R, Sylvie qui s'était coincé le pied dans les cabinets, Marco, Jean-Louis, Robert, Michel, Mireille, Isabelle... je pense que ça vous rappellera des souvenirs

Libellés :

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home