jeudi 2 février 2006

LA GARE DU PRADO


Des vestiges de l'ancienne gare du Prado dans le Parc du 26ème Centenaire


Vue de l'ancienne gare du Prado
(à droite Cantini, à gauche l'avenue Vincent Delpuech)


Ma petite préface au texte de M. DEL GHINGARO :

Avant tout, il faut savoir qu'avant d'être le point de chute de l'upper-middle-class parisiano-parisienne avec la soi-disant movida, la fiesta des docks, la Frich' d'la Bel'-de-Mai et patin-couffin, Marseille était une ville industrielle. Au Rouet il y avait des dizaines d'usines et de manufactures (allumettes, savon, bière etc), il y avait déjà le soleil et le ciel bleu c'est sûr, mais c'était pas très très chic ni à la mode. C'est dans ce contexte que la gare du Prado a été créée.

Bon j'ai fini de me moquer et je laisse la parole à M. DEL GHINGARO, qui lui, au moins, écrit des choses intéressantes :

La gare du Prado fut construite en 1870 et 71 [...] La ville était littéralement empuantie par les émanations des usines existantes ; le besoin se faisant sentir d'en constuitre d'autres dans des banlieues pas trop éloignées et disposant de terrains à peu près plat, c'était le cas du Rouet, de Menpenti, de la Capelette et de Pont-de-Vivaux, ou même de St Giniez. Dans les banlieues nord, les meilleurs terrains, les plus accessibles, étaient déjà occupés. De plus, les fortes déclivités de ces quartiers handicapaient les possibilités d'approvisionnement des fabriques, car où il fallait un attelage de 2 chevaux sur terrain plat, il en fallait 4 pour grimper les déclivités, d'où des transports plus chers, sans compter l'éloignement de la plus proche gare d'expédition.

Il fallait donc se tourner vers les quartiers que nous citons plus haut, qui présentaient toutes les garanties nécessaires. Restait l'écoulement rapide des marchandises vers l'intérieur du pays, et même de l'Europe. Il fallait une gare, et c'est ainsi que naquit la gare du Sud, dite du Prado.

Elle avait deux entrées, une au nord, une au sud, elle était bordée par deux grandes avenues qui permettaient un dégagement rapide et facile du charroi. La gare eut un succès considérable dès les premiers jours de son ouverture.
Texte tiré de "Le Rouet, un long chemin avec mon quartier" publié au Comité du Vieux Marseille

Libellés :

2 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

2:25 PM  
Anonymous Anonyme said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

1:51 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home