lundi 6 octobre 2008

Le Rouet d'autrefois - Souvenirs d'Alexandre


Je suis né à la rue Liandier en 1921. En face de chez nous, il y avait le charretier Faury, il avait un attelage de deux chevaux qu'il garait devant le 53. Mon père et ma mère travaillaient à la pharmacie militaire à la rue Liandier. En plus, mon père faisait des gâches à la menuiserie Bourguignon. Il faisait des caisses pour les savonneries. Je le revois, il tenait les clous dans sa bouche et il tapait à toute allure avec son marteau.

Je suis allé à l'école du Rouet, puis à Pierre Puget. J'allais au patronage du Prado pendant les vacances, au 131 avenue du Prado, à Timon David. Il y avait une grande cour, la chapelle, la salle de théâtre. On jouait parfois des pièces. On courait beaucoup, on abîmait nos chaussures. Le soir en sortant je cherchais du fil de fer pour réparer mes semelles. Parfois je mangeais chez mon voisin du rez-de-chaussée et comme j'allais au "patro", quand on mangeait les capellans (poissons) il me disait "tu as vu ce qu'on en fait de tes capellans!".

De ma fenêtre au premier étage, parfois je lançais à manger aux rats. Un jour il y en avait un qui était entré chez le voisin et qui l'avait mordu.

Dans la rue, il y avait des ornières. Il y avait un bec de gaz au coin de la rue Liandier et du chemin du Rouet, et un au coin de la rue Liandier et de Roger Renzo. Le type venait les allumer tous les soirs avec une canne briquet. Roger Renzo, c'était un collègue, il était très beau, tout frisé. Il a été fusillé pendant la guerre.

A la rue Borde, il y avait une laiterie. Le laitier passait tous les jours, il venait de St Menet avec son cheval. On l'appelait "Le pastre".
Au coin de la rue Borde il y avait aussi celle qu'on appelait "la rouge", la marchande de légumes.

Nous, on avait de quoi vivre normalement, ma mère avait une bonne place, elle était contremaîtresse.

Il y avait une bonne ambiance dans le quartier. C'était paisible et amical. A l'école c'était du tonnerre. Comme instit, il y avait M. Baudoin. Il apportait de chez lui des instruments comme des microscopes, ce qui me faisait penser qu'il était assez fortuné. Comme directeurs je me souviens de M. Couillé et M. Boédat, une sorte de Raimu. Il y avait aussi M. Honnorat qui frappait avec la baguette. Mais si on se faisait frapper on ne le disait pas car sinon on prenait double ration à la maison.

Je faisais les devoirs sur la commode. Ma mère avait le brevet, elle n'était pas bête. Elle surveillait mes devoirs et me faisait recommencer.

Comme collègue je me souviens de Roger Salel, Roger Renzo et C...i. C...i, le jour de son mariage il est parti. Les frères de la fiancée l'ont poursuivi pour le tuer. Il est parti se cacher en Italie.
Parfois avec les collègues on allait au guintchou, rue des Economies (les huileries), il stockait les arachides. On allait faire le plein de cacahuètes.

A la rue Borde quand il y a eu le bombardement, il y a eu une bombe juste sur une maison seule, de suite après le jeu de boule. J'avais là des collègues : Orame, Bastide.

Libellés :

10 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Bonjour,
Je viens de lire un article passionant. Je suis le petit-fils de Gilbert Tarin, mon grand père né aussi en 1921. Le connaissez-vous ?

11:48 PM  
Blogger Le Rouet said...

moi non, mais je demanderai à mon oncle, il était de quelle rue votre grand-père?

4:16 AM  
Blogger Le Rouet said...

mon oncle se souvient d'un collègue de "l'oeuvre" qui s'appelait Tarin mais ne se souvient plus du prénom
envoyez moi un mail si vous voulez mon email est en première page du blog

8:08 AM  
Anonymous Anonyme said...

J'ai trouvé tres interressant cette petite retrospective du rouet.
J'habite le quartier depuis bientot 4 ans et bien que que je sois tombée sous le charme de celui-ci , depuis trois je déplore les constructions incessantes.
En effet quatre immeubles se sont construits dans un total dédain des habitants puisque ils s'effectuent meme le samedi. J'apprends en plus que le tunnel prado carenage va s'agrandir 5 ans de travaux.La taxe d'habitation évidement ne tient pas compte de ces nuisances et le mot est faible.
Mais j'ai l'impression que cela ne géne personne d'avoir du lundi au samedi de 7h à 19h voir 20h des ouvriers qui crient des machines aux bruits infernaux.Sincerement moi je trouve tout ça de plus en plus invivable.Il y a t'il une solution pour que les gens qui vivent dans ce quartier soient un peu tranquilles?? ou du moins respectés.Et la loi est elle respectée au niveau des jours et horaires des travaux???

12:15 AM  
Blogger Le Rouet said...

c'est une bonne question que vous posez (pour les horaires des travaux) et il faudrait poser la question au CIQ
pour le tunnel, c'est vrai qu'il va y avoir la construction d'un deuxième tunnel, alors c'est sûr que l'on est pas près de voir la fin des travaux (et pour les immeubles aussi étant donné qu'il y en a qui ne sont même pas commencé de construire!)

2:10 PM  
Anonymous Anonyme said...

Nice to hear from you again!
The stadium is about 80,000. The UofM, Michigan, is about 110,000. It is the biggest in the country.
Anyway, it was a fabulous weekend
Bob Dodd
hope this gets posted

1:37 PM  
Anonymous Anonyme said...

I shall try to express my feelings today.
RHD

4:37 AM  
Anonymous Anonyme said...

Je vous remercie de votre histoire qui me rappellait mon père nè le 23 Avril 1925 au Rouet à Marseille.
Mon grand père Jean Sabatés avait epousè Marie -Jeanne Persoglio.
A cause de la guerre nous sommes aller dans des villages du Var.
Vive la Republique du Rouet.
MARC-SABATES.COM

1:50 AM  
Anonymous Anonyme said...

vous parlez d'un instituteur qui se prénommer Baudouin en 1951 un instituteur du même non se trouver encore a l'école est ce le même** je suis sur la photo représentant les élevés de 7eme en 1951** pourrai ton savoir la personne qui vous la remise car c'est sans aucun doute un amis d'enfance

6:26 AM  
Blogger Le Rouet said...

bonjour, en fait je ne me souviens plus de qui m'a donné cette photo! j'ai beau scruter tous les visages je ne reconnais personne donc je ne sais plus! si vous voulez envoyez-moi un mail en me disant les noms de vos camarades de classe et je vous dirai s'il y a quelqu'un de ma famille ou de mes connaissances (mon email est en première page) et puis ça permettrait de mettre des noms sous la photo!

2:43 AM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home